J’Habite / L’artificialisation des terres agricoles

Agrophage home

(Avec le Collectif Nos Iris)

Habiter est un besoin de second niveau après se nourrir selon la pyramide des besoins de Maslow. Mais force est de constater que l’évolution de nos sociétés, considérant « se nourrir » comme acquis, placent « habiter » au cœur des programmes de développement du territoire.

Mais, l’espace agricole est grignoté depuis plus de 50 ans passant de 75% à 54%de SAU .

On estime que sa disparition suit le rythme de 26m² par seconde soit d’un département moyen français tous les 7 ans.

90% des sols artificialisés entre 2000 et 2006 provenaient de zones agricoles dont 1/3 sont de très bonne qualité agronomique.

200 fermes disparaissent chaque semaine.

Quand ce problème est abordé avec des personnes non sensibilisées aux problématiques foncières et agricoles, on vous répond « où est le problème » ? Il y a encore suffisamment de « champs » dans le paysage ! Regardez donc toutes ces friches !! Que veux-tu que j’y fasse ! Aujourd’hui, il n’est plus question de « nourrir le peuple », voyons !

Aujourd’hui, peut-être … et demain ?!

Combien de temps faut-il pour qu’une terre, un « terroir », redevienne cultivable derrière un lotissement ? Combien leur remise en état coûterait-elle aux générations futures ? Est-ce seulement possible ?

A l’annonce des grands bouleversements climatiques à venir, pouvons-nous affirmer que dans 50 ans ces terres agricoles ne nous seront d’aucune utilité ?

Sources des chiffres : Agreste, Ministère de l’écologie et du développement durable, Terre de liens, le Nouvel économiste.